PETITE HISTOIRE – L’Aigle et le dompteur

Il était une fois, l’Aigle et son dompteur dans la toundra de Sibérie.

Le jeune dompteur, follement admiratif de l’Aigle agrippé sur son bras, l’observait comme une oeuvre d’art. Il posait sur lui un regard précieux et dévoué.

Mais, un jour, le grand Aigle commença à s’affaisser, son corps s’atrophiait et son plumage perdait peu à peu son éclat. Le dompteur, inquiet, alla confier son trouble à tous les Chamans de la toundra, cherchant désespérément une guérison pour son Aigle. Tous les Chamans, les uns à la suite des autres, avaient pour seul et même geste de regarder l’Aigle, le Ciel puis le dompteur avec intensité et silence.

Épuisé par tant de voyages à travers les Terres arides de Sibérie, le dompteur s’affaissa à son tour. Il vacilla et s’écroula dans les herbes sauvages, perdu en dehors, perdu en dedans, son Aigle déplumé toujours au bras.

Il se mit alors à halluciner et fut traversé par de nombreuses émotions. De la colère au désespoir, de l’incompréhension à l’abandon. Il ressentait une grande nostalgie pour l’ancienne beauté de son Aigle. Oh oui… Il était beau, son Aigle. Il était.

Allongé, presque mort, sur le sol froid, le dompteur observa longuement le Ciel, ce Ciel bleu où quelques nuages se déplaçaient poussés par le doux Souffle du Vent. Il le regardait et, enfin, le vit. Il le vit avec son Coeur et compris. Subitement, le message des Chamans revint à lui et l’éclaira. L’Aigle. Le Ciel. Lui.

Il lui fallut une profonde inspiration pour reconnaître que l’Aigle, Messager du Grand Esprit, avait sa place dans les Airs, dans les plus grandes hauteurs.

Des perles salées ruisselèrent alors sur ses joues rougies par le froid. Il se libérait de sa propre cage, reflet de le cage qu’il avait imposé à son Aigle.

Brisant les barreaux de son Coeur, il se releva, s’emplit de ses dernières forces et tendit son bras. Il plia ses jambes puis poussa puissamment sur celles-ci en balançant son bras vers le Ciel. L’Aigle reprit ses Ailes, les déploya et s’envola. Libéré de tout attachement, l’Air vint frotter ses plumes et leur offrir un nouveau Souffle de Vie. L’Aigle, enfin dans son Élément, réalisa ce pour quoi il vit.

Les larmes mélancoliques du dompteur se transformèrent alors en larmes de Joie. Il venait de laisser la place à son Aigle intérieur de déployer ses Ailes et de voler au plus haut !

 

 

PS: Un clin d’oeil à mon ami Jérôme qui m’a inspiré cette histoire à partir du mot toundra En fait, Jérôme m’avait challengé de prononcer le mot toundra dans une vidéo et puis j’ai oublié… Et comme ce mot m’a inspiré, j’ai plaisir à vous partager cette histoire !
Alors gros bisous Jérôme et bisous à vous tous chers amis !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *